m

Musée des Arts Forains

Dans un lieu magique et ludique retrouvez votre cœur d'enfant

Votre attention

Cette visite n'est pas programmée pour le moment. Abonnez-vous à la newsletter pour recevoir le programme mensuel.

S'abonner à la newsletter

Pour revivre les fêtes foraines de la Belle Époque, un saut de puce suffit. Rendez-vous au musée des Arts forains installé à Paris 12, dans les anciennes halles aux vins de Bercy, dans les chais Lheureux exactement. C’est ici qu’il y a 20 ans, Jean-Paul Favand, le fondateur du musée, déménageait ses collections d’objets anciens, liés à la fête et au spectacle. Installées au départ dans un atelier à Gentilly, puis exposées rue de l’Église dans le 15e arrondissement, leur magie a depuis conquis les 8 500 mètres carrés d’anciens chais désaffectés.
À peine franchies les portes du musée des arts forains, vous découvrirez un monde fabuleux que l’on croyait disparu, si éloigné des fêtes foraines d’aujourd’hui, avec leurs manèges vertigineux et leur vacarme assourdissant. C’est un univers enchanté miraculeusement préservé que vous découvrirez et qui va s’animer comme par magie. Visitable seulement sur réservation, profitez-en !
Un manège de vélocipèdes datant de 1897.
C’est cet ancien comédien et antiquaire Jean-Paul Favand (à l’origine du Louvre des Antiquaires) qui a imaginé les différents espaces de ce musée des arts forains qu’il a voulu volontairement sans vitrine et sans cartels explicatifs et qu’il étoffe sans cesse au gré de nouvelles acquisitions ; comme ces fragiles lambrequins rebrodés de perles de mercure qui ornaient les baraques foraines, ces parures de plumes récemment acquises lors de la vente des costumes des Folies Bergère ou encore une série de têtes de cire rescapées de l’ancien Grévin des Halles.
Dans ce musée des arts forains privé entièrement autofinancé, classé Entreprise du patrimoine vivant depuis 2009, ne travaillent que des passionnés. Dont une petite équipe chargée de la restauration et de la préservation d’une des plus grandes collections d’Europe liée à la fête. Grâce à Marie Binder, la plus ancienne restauratrice qu’a d’ailleurs photographiée Doisneau, on apprend qu’il existait des écoles de sculpteurs, que l’art forain avait ses maîtres, reconnaissables à l’expressivité de leurs personnages, des mouvements, ou que les animaux de manège sont plus ou moins massifs selon leur pays d’origine.
La vedette du musée ? C’est un manège de vélocipèdes datant de 1897 qui fonctionne à toute vitesse par le seul pédalage des participants. Il a bien d’autres curiosités, comme cet orgue mécanique et ces jeux de foires, roulettes ou courses de petits chevaux qui feront la joie du public.
Dans le salon vénitien dédié au carnaval et à l’opéra trône une gondole de parade.
Le Magic Mirror, une vaste salle de bal itinérante datant des années 20 et venue de Belgique, a été remontée dans le jardin.
Qu’attendez-vous pour faire la fête !

Afficher la suite
Métro Cour Saint-Emilion

Rendez-vous : 
Rdv à la sortie Métro Cour Saint-Emilion

Durée : 
entre 1h30 et 2h

Public : 
convient aussi aux enfants

Prix : 
20 € (enc)

Sur réservation uniquement. Nombre limité de places.

Une visite privée ?

Cette visite est aussi disponible à la carte pour les groupes privés.

En savoir plus

Votre visite en image